Le Mans Pop Festival 2021

THIBAULT ESKALT

THIBAULT ESKALT

Chanson Pop Climatique

Depuis 2020, Thibault Eskalt construit un paysage musical qui lui est propre avec 6 premiers titres qu’il a également mis en images à la façon de petits courts-métrages. Des morceaux qui constituent aussi le socle de son nouveau spectacle ‘Le dernier homme sur terre’. Un spectacle total qui fait le lien entre musique, projections vidéo et performance en solo.

‘Dans le dépouillement, j’ai gagné en profondeur’

Ces chansons et ce spectacle
ont en commun de parler d’une expérience intime. Cette mythologie personnelle, c’est celle que Thibault a vécu en quittant la civilisation pendant quelques mois. L’occasion pour lui d’expérimenter une vie en pleine nature, loin de tout et de tous, dans une forme de solitude
et de dénuement le plus total. A la fin, comme il le chante dans le titre éponyme, que reste-t-il ? Quand on s’est débarrassé du superflu pour une vie presque rongée jusqu’à l’os, dictée par le froid, la faim et
le silence ? Une vie où ni l’argent ni le confort ne viennent se mettre entre soi et les éléments ? Il reste la musique du vent dans les arbres, les souvenirs de l’enfance, les résidus encore chauds d’un amour qu’on a laissé sur le bas-côté de la route, la

beauté d’un coucher de soleil…

‘J’avais besoin de me rappeler ce qui est essentiel pour moi’

Mais cette solitude, on peut aussi l’expérimenter et la ressentir dans l’anonymat d’une grande ville. Quand l’homme s’éloigne de sa nature profonde, quand il s’est déconnecté de lui-même, peut-être qu’il perd lui aussi son chemin… Le propos de Thibault Eskalt, né d’une expérience profondément intime, devient ainsi universel.

‘Je ne m’étais pas aperçu à quel point j’aime les humains,
jusqu’à ce que je ne les vois plus’

Hanté par la question du deuil et de la renaissance par la paternité, l’histoire de ce Dernier homme
sur terre raconte cet état intérieur. Thibault Eskalt est seul dans le désert mais il cherche son chemin. Le parachute qu’il traîne derrière lui, héritier de Saint-Exupéry perdu dans un Sahara imaginaire, c’est une métaphore de notre passé, de notre histoire. Celle qui nous retient et nous empêche d’avancer. Le Dernier homme sur terre raconte, en somme, l’éternelle poursuite du bonheur.