rovski

« ROVSKI se moque des sentiers connus. Le duo façonne son chemin, tortueux ou bien droit, semé d’histoires qui fondent les tribus. Tout est unique, sauvage et dompté, dans ce qu’elles créent. Le fond, la forme, l’espace entre elles. Même la musique semble faite d’autres choses que des notes que l’on connaît. Sans peut-être le savoir, elles ont inventé une chose qui va grandir en marge de nos repères. » écrit Olivier Moreau, responsable du pôle chanson Arcadi sur les deux musiciennes du duo Rovski.

ROVSKI, c’est la rencontre entre les chansons de Sonia Nemirovsky et les multiples talents d’Olive Perrusson (alto, guitares, percussions, clavier, choeurs…) Deux voix qui s’entremêlent. Et si Rovski prend une forme aussi hybride dans le paysage de la chanson française, c’est que leurs racines et leurs influences, tout comme les mangroves, vont à la fois chercher dans la terre et dans l’eau. Sonia aura les élans argentins de son papa, le goût du mot en bouche qui lui vient du théâtre, les effluves d’adolescence où le rap forgera son exigence des textes, et les grandes références de la chanson française comme manteau d’hiver. Olive fera de tout ce qui l’entoure musique, ses gestes seront musique, et emprunteront aux sonorités orientales, irlandaises ou africaines.

Leur premier EP Mangroves est enregistré sous les voûtes du Melodium Studio. Nicolas Dufournet, le capitaine de bord, dira d’elles : «Sonia et Olive sont arrivées avec une proposition radicale : un tom basse, une ou deux boucles d’onomatopées, et des mots entre joie lactée et les 4×4 du Bois de Boulogne. Comme des fusées qui n’ont peur de rien, elles ont joué des percussions sur un Casio cheap, de l’alto détuné aux accents indiens, de la guitare au tournevis, des flûtes d’opum et aussi quelques monkeys électroniques. Ce fut parfois comme danser sur un périphérique. La sortie de « Mangroves » suscite l’intérêt : le duo obtient l’accompagnement et l’aide à la Diffudion de l’Arcadi – Île de France, l’EP obtient l’Aide à l’Autoproduction de la SACEM, l’attaché de presse Vicken Sayrin rejoint l’équipe pour promouvoir la sortie qui est accueillie positivement par la presse (Télérama, Tsugi, Longueurs d’Ondes…) et est finaliste du Prix Georges Moustaki. Rovski est sélectionné pour le Grand Zebrock 2019 et est lauréat du Give Me Five 2019, ainsi que du Mégaphone Tour (tournée 2020).

Leur premier clip, la Danseuse (sortie février 2019) réalisé par Anaïs Desmond mêlant collages, stop-motion, motion-design, et prises de vues réelles fera son chemin sur le globe et sera nommé dans maints festivals (Bang Awards International Animation Film Festival, Sacramento Film & Music Festival, Muestra Movimiento Audiovisual, Crema Helada, International Music Viedo Underground, Roma Independant Prisma Awards, Anny Animation Nights New Yotk, Napoli Film Festival, Festival de video y Cine feminio, Oregon Arts Film Festival) Ce projet Mangroves ressemble finalement à ce que sont les Rovski aujourd’hui : quatre mains, deux têtes, des contradictions, des complémentarités, des croisements, des images, des mélanges de matières et de formes.
De la frénésie d’une forêt qui brûle à la douceur d’une berceuse, Rovski sillonne les paysages et les atmosphères et crée une
musicalité qui lui est propre, riche, tranchée, énergique et poétique.