Le Mans Pop Festival 2021

FABIEN POISSy

FABIEN POISSY

Quand l’écriture est une urgence, chaque mot porte en lui son histoire.

A travers ses différents groupes de rock ou aujourd’hui dans son projet solo, Fabien POISSY a toujours eu la même nécessité d’écrire des chansons poétiques afin de sublimer le banal et de transcender le présent. Ses textes, sensibles et percutants, nous renvoient à des artistes comme Dominique A, HIGELIN ou Benjamin BIOLAY.

Originaire du Var, Fabien POISSY a expérimenté la scène très rapidement. Du port de Sanary aux grandes salles parisiennes, il a enchaîné des centaines de dates avec ses groupes de rock Infrason puis Anti-D.Son aisance sur scène et ses chansons singulières lui ont permis d’être repéré et de faire les premières parties d’ASTON VILLA, de MUSE et de se produire sur la grande scène des Francofolies en juillet 2010.

Début 2017, Fabien se lance avec enthousiasme dans un projet solo plus intime et plus acoustique mais qui n’a rien perdu de son énergie rock sur scène. En mai 2018, JULIEN DORE le choisi pour faire sa première partie lors de sa tournée acoustique. Fabien ouvre la scène du Palais des Congrès du Mans seul avec sa guitare.

Dans les mois qui suivent, il enregistre un EP avec Nicolas DUFOURNET au Mélodium studio de Montreuil. Ce quatre titres, qui porte le nom de sa ville natale SIX-FOURS-les-PLAGES, est pour Fabien un vrai retour aux sources. S’il s’affranchit d’un nom de groupe, il s’entoure sur scène et en studio de ses proches.

En  2019, D&S PHOTOGRAPHY réalise le clip du morceau de «Pas peu fier» et Emmanuel HAMON et Gilles LEROUX celui de « Keep Calm and wait ».

Fabien passe l’audition qui lui permet désormais de chanter ses titres dans les couloirs du métro.

Quelques mois avant le début de la pandémie, Fabien continue de partager sa musique en solo acoustique lors de premières parties remarquées comme celles de CALI  ou de TRAFIC PARADE, le groupe formé par Richard KOLINKA.

Depuis le confinement Fabien prépare son nouvel album, qu’il écrit dans l’intimité d’une vie confinée.

« Parfois l’écriture est un moyen pour prendre le dessus… », explique Fabien, « Durant un été, j’ai écrit sur un petit carnet tout ce qui envahissait mon esprit, sans filtres, sans codes, sans structures poétiques. J’ai déversé, jour après jour, un trop plein de pensées.

En septembre, le carnet était plein. Je l’ai ouvert. Et les dix chansons étaient écrites.

Cela ne m’était jamais arrivé d’écrire aussi vite, dans l’urgence de la vie, du sentiment. Certains titres étaient écrits presque mots pour mots. C’était à la fois bouleversant et euphorisant. Il ne me restait plus qu’à mettre tout cela en musique… »