Le Mans Pop Festival 2021

EMMANUEL DELLA TORRE

EMMANUEL DELLA TORRE

Fils d’une harpiste classique et d’un comédien, Emmanuel entendait sonner les cordes, les voyait vibrer, autant que les planches, avant même de toucher terre.

Bayou, backstage, madlight, des termes qu’il ignorait à l’époque, gamin émerveillé au pied de cette forêt de grands rideaux noirs. Allées et venues en coulisse, murmures du public, un terrain de jeu…

Les dix lettres qui forment son nom, il les prononce naturellement sans rouler les « r » de la tour. Et pourtant de brumes vénitiennes en lacs de montagne, l’Italie résonne encore… Tout ça pour dire que ses chansons nous plongent davantage dans une ambiance tamisée, intimiste, taverne ou café que dans un univers fluo et bulles de savon pailletées.

De la chanson française au virage folk acoustiques en passant par des titres bluesy western plus rythmés, c’est en poésie et avec sincérité qu’Emmanuel nous embarque dans son univers musical.

En groupe ou en solo, Emmanuel a toujours fait de la scène. Systématiquement, c’est son alliée à 6 cordes qu’il dégaine.

Trajectoire calculée, parcours imposé, très peu pour lui. Cet artiste fait confiance à ses ressentis, à ses émotions et son instinct.

Introspection ou exploration, son inspiration vagabonde au gré de ses voyages, et c’est plutôt très agréable de faire un tour de son monde.

Devenu singer songwriter Emmanuel aime travailler ses chansons un peu comme un sculpteur travaillerait la matière. « Je suis un artisan, parfois un artisan d’art » dit-il.

D’un même son parfois plusieurs versions. Les cordes ont chauffé et les doigts d’Emmanuel avec, entremêlés, à la recherche du riff, de la mélodie, qui serviront le mieux la couleur de ses mots.

Tel un magicien, Emmanuel ne nous livre pas le secret de ses chansons bien ficelées aux sonorités contrastées.

De même, qu’il ne nous dira pas quand il a commencé à jouer de la guitare et à chanter, il se souvient juste que c’était en été.

Quoi qu’il en soit, il en faut de l’agilité et de l’habileté pour trouver le bon équilibre sur l’échelle de la création musicale. Autant que les explorations intérieures sont parfois périlleuses et qu’il convient d’être solide, sinon lucide, quand il s’agit de s’inspirer des maux pour servir le verbe.

Emmanuel n’aurait-il finalement pas une âme d’aventurier ?

Chapeau sur la tête et guitare à l’épaule, il tourne les talons vers un ailleurs proche ou lointain…

Dans ce grand espace, ce n’est plus que sa silhouette que l’on distingue à l’horizon.