Terrebrune

Terrebrune a gardé au fond de ses yeux, l’âme verdoyante de sa Bourgogne natale.
Petite, elle ressent ses premiers émois artistiques devant la féérie du traditionnel Carnaval de Chalon-Sur-Saône.
C’est une enfant un peu effacée, sensible et solitaire, qui ne rêve que de prendre la parole. Marquée à jamais par la disparition brutale de sa mère, elle lui fait la promesse spirituelle d’aller au bout de ses rêves, de croquer la vie à pleines dents et de toujours se relever avec force, courage et liberté. Dans sa chambre d’enfant, elle cultive ses passions en secret : chant, écriture, dessin… et se met en scène avec sa brosse à cheveux en guise de micro et en rêvant de l’Olympia, de monter à Paris, et à tous ces grands artistes de la chanson française d’hier (Piaf, Brel, Bourvil, Dalida…) et d’aujourd’hui (Zazie, Benjamin Biolay, Marc Lavoine, Gaëtan Roussel…), inspirant sa première veine musicale.
Elle développe aussi sa deuxième veine musicale, son côté rebelle, écorché, sa rage de vivre, en écoutant du Rock, du HardRock, du Punk au travers d’artistes, de groupes marquants (Téléphone, The Clash, Nirvana, Jeff Buckley, Noir Désir, Guns N’Roses, The Ramones, Janis Joplin…) qui ont des «trucs à dire» et ça lui parle.
Avec la confiance de certains de ses professeurs, elle est encouragée à faire du théâtre, à développer son imaginaire dans l’écriture de chansons et du dessin.
Toutes ces années d’apprentissage sont à l’origine de sa future personnalité artistique.
A 16 ans, première concrétisation, elle intègre une troupe de théâtre qui se produit à Louhans, au théâtre municipal. Elle devient vite un personnage clé de la troupe, accédant à des rôles principaux et ce pendant 5 ans.
A 18 ans, à l’heure où des jeunes font des choix d’études, elle confirme ses centres d’intérêt artistiques en prenant des cours, début de la professionnalisation (guitare, chant, rock’n’roll, piano…). Elle se confronte également aux concours nationaux et régionaux, c’est l’époque des castings de masse et de la télé-réalité. Elle se détache rapidement de cette voie qui ne la fait pas vibrer.
Nouvel objectif : monter à Paris.
La provinciale Terrebrune débarque à la “Capitale”.
Elle s’adapte lentement mais sûrement à la vie parisienne, ne tardant pas à faire des connaissances pour continuer sa vie d’artiste ; elle découvre les scènes ouvertes, les cabarets, les jam sessions… A cette époque, elle rencontre un musicien, avec qui elle concrétise son premier projet musical sérieux au travers du groupe “Les Blinis”.
L’aventure durera quelques années, lui permettant de faire ses premiers pas en radio, TV, Tremplins et en devenant une Musicienne du Métro.
Elle écrit ses premières chansons qui seront fixées sur un premier EP.
Le groupe souhaite optimiser leur projet musical et c’est la rencontre capitale avec Michaël Montero, coach vocal (actuel Directeur du Théâtre “La Cible” à Pigalle). Au fil du temps, l’expérience du groupe restreint la créativité naturelle de Terrebrune.
Elle quitte le groupe pour voler de ses propres ailes et créer son propre univers musical. C’est la naissance du projet Terrebrune.
Voici le temps du renouveau : style, compos, scènes, expériences (SLAM, animation d’une scène ouverte…). A cette époque, elle participe au Vocal Tour, où elle est finaliste régionale, deux années de suite. En 2014, Claude Lemesle la rencontre et l’intègre dans ses ateliers d’écriture de chansons “Les Stylomaniaques”. Claude Lemesle lui conseille de cultiver sa fantaisie, “son côté barré, sa folie douce” et son sens de l’érotisme dans ses chansons.
Dans la foulée, elle suit le parcours “piano en scène” à la Manufacture Chanson pour se perfectionner encore.
Elle fait également la connaissance de Réjean Mourlevat (multi-instrumentiste), qui intéressé par ses chansons, lui propose de réaliser avec elle, l’enregistrement
de son nouvel EP. Elle fait appel à Jean-Pierre Bouquet, qui a travaillé avec les plus grands, notamment Serge Gainsbourg, pour le mastering de son EP.
L’équipe artistique se précise autour d’elle, en 2016, elle rencontre Christophe Lighezzolo, qui réalise le clip “Ecchymoses” extrait de son premier EP:
“L’amour est mort ?” sorti en 2019, mentionné dernièrement dans le Magazine FrancoFans octobre-novembre 2019.
Depuis, elle enchaîne les scènes, les concerts publics et privés, les premières parties (Eryl Prayer // Jess and West – Bateau Nez Rouge de Gérald Dahan), les tremplins : Finaliste au Tremplin des Fous chantants à Alès – juillet 2019 et Tremplin des talents : demi-finale à Paris – novembre 2019.
Certains titres de son EP, sont diffusés actuellement sur de multiples petites radios francophones (Bulle FM, Fréquence Paris Plurielle, Radio Galaxy, Le Postagalen Radio, Radio Happy Music, Aligre FM…) et même à l’international (“Bonjour Chanson” émission de Charles Spira – USA).
Terrebrune est désormais accompagnée sur scène par Ora.Zik qui lui apporte le «côté Rock» qu’elle attendait. Ils travaillent actuellement sur de nouveaux arrangements pour la scène et le futur album.
En parallèle, se profile à l’horizon, un conte musical pour petits et grands mais chut… c’est un secret !