PATRICE CAUMON

Patrice Caumon, chanson sauvage

Férocité des textes, transgression, fou-rires, mais aussi immense tendresse, voilà de quoi présenter cet éternel ado qui joue pieds nus, couette en broussaille sur le crâne, bête de scène qui pratique la tchatche comme un sport.

C’est aussi un ciseleur de textes, un provocateur d’ambiance, un régleur de comptes plus qu’attachant, poésie et dérision comprises, un passeur d’énergie : le concert est un vrai show, «la tendresse d’un Bourvil, l’énergie d’un Johnny Rotten».

Nouvel album

“Mon univers musical, c’est un vrai bazar : rock, blues, hip hop, jazz, chanson, musiques arabes et d’extrême orient, musique baroque, classique, contemporaine, musiques spectrales et bruitistes, field recording, je différencie peu bruit et musique, et j’adore tout ce qui sonne bancal, étrange, comme dans les rêves. Dans les démos faites à la maison, j’ai intégré naturellement ces influences, et choisi un producteur ouvert à ça (Laurent Cabrillat de Milk Music) qui est aussi un chanteur-musicien (Le Larron).”

“Je voulais aussi quelqu’un qui comprenne la dualité d’une chanson, l’oxymore musical, comme un noir lumineux, une chanson rigolote-suicidaire, bref, quelqu’un qui ne s’arrête pas aux apparences. C’est important pour moi : je suis un clown sur scène, et parfois, la salle, et moi, tout le monde pleure, autour d’une chanson drolatique sur la mort d’un ami cher.“

“La chanson, c’est un outil de recherche intérieure. L’art, c’est utile, ça fait avancer. Si c’est juste pour se faire mousser… Evidemment que j’adore faire le gros malin derrière un micro, mais si c’est pas avec une main dans la boue et l’autre tournée vers les étoiles, ça sert à quoi ?”

“Mes préférés ? Brassens, Barbara, Raymond Devos, et quelques oubliés, Pierre Louki, Gilles et Julien, O’dett… Les jeunes ? Surtout Manu Galure, avec qui je collabore parfois sur sa tournée de France à pied. Il ne bâcle jamais une chanson. J’espère qu’on prendra le temps d’enregistrer un de nos duos… pour le prochain disque, peut-être.”