PARLEZ-MOI D’AMOUR

Le dernier volet de la trilogie vinyle de Parlez-moi d’Amour est 100 % synthétique ! Le premier volet proposait des chansons
accompagnées à la basse électrique, le deuxième à la guitare électrique, celui-ci ne laisse la place qu’aux machines. Ces machines « mini » qu’on retrouve sur la planche à repasser pour les concerts ! Comme pour les précédents EP de la trilogie,
« ma chose » tient son nom de la liste des noms possibles du projet solo de chanson électro-punk déglingué finalement appelé Parlez-moi d’Amour. Un choix esthétique qui colle au projet, sur scène de Parlez-moi d’Amour, avec des programmations sur des machines sommaires des années 80, à des lieues des beatmakers main stream et d’un revival 80’s à tendance new wave. Tout comme les deux premiers volets « La
Place du Mort » et « La Cour Barrée », « Ma Chose » est enregistré sur un 4 pistes cassettes, de l’analogique, de la bande, et les qualités techniques et contraintes artistiques qui vont avec.

PMA : une manipulation génétique douteuse entre Les Bérus et Brigitte Fontaine – sans doute supervisée par Stupeflip assisté de Didier Super.

La hargne gratuite et jubilatoire de « Selfie », « Bruit D’Chiottes » et « Branché » répondent à « Crève Salope » reprise d’un inédit de Renaud (qui serait sa toute première chanson, écrite en
1968), mis en musique façon PMA. Dans ce side project de Machinchose, les textes prennent à contre-pied des sujets récurrents dans la chanson et le punk-rock français. Les textes
toujours simples d’accès avec pourtant des relectures possibles, avec des jeux de mots et des tiroirs qu’on n’ouvre pas nécessairement à la première écoute.