LYCINAÏS JEAN

Antillaise née et élevée en Île-de-France mais profondément
attachée à son outre- mer, garçon manqué (étiquette qu’elle accepte sans l’aimer) lancé au sortir de l’adolescence sur une scène zouk hypersexuée et à la sensualité codifiée, look percé et sourire rare en contraste avec la douceur de sa voix: Lycinaïs Jean souffle le froid et le chaud. Mais si on l’écoute, il n’y a pas d’ambiguïté. Tout chez elle n’est que tendresse et romantisme. Avec un souci d’ouverture, elle prend peu à peu ses distances avec les codes zouk pour livrer aujourd’hui des sonorités plus pop. Elle aime parler de variété française pour qualifier sa musique. Peut-être pour le mot « variété », justement. « Si j’enlève le beat zouk, que je joue mes chansons simplement avec une guitare, les gens peuvent s’imaginer d’autres choses, ne pas me ranger dans une case ». Le résultat ? Des ballades où l’acoustique domine, des notes sucrées caribéennes. Les clichés s’estompent. Et quant à ses faux airs de dure à cuire, ils fondent comme neige au soleil tropical.