LOUIS LUCIEN PASCAL

Né le 28 octobre 1982 à Saint-Raphaël, LOUIS LUCIEN PASCAL joue du piano depuis l’âge de 5 ans, écrit poèmes et chansons dès 13 ans, au bord de la méditerranée comme à la Foux de Peyroules, petit village des basses Alpes, celui de l’enfance et des aïeuls.

De 1998 à 2003, il se produit sur scène au sein du trio Bilbo (aux claviers avec Maxime Cottin – guitare, Daniel Saadoun – batterie) et accompagne à la guitare le chanteur provençal Pierre Pascal, son père, ami traducteur de Georges Brassens en espagnol pour Paco Ibaňez, qui lui souffle que « la poésie est une arme chargée de futur » (Gabriel Celaya).
Elle sera son infini présent. Sa joie vêtue de noir, son tendre tourment, et sa plénitude, sans cesse à conquérir.

Au mois d’octobre 2002 sort, à tirage limité, l’album, « N’importe quoi » (14 titres), enregistré en public à l’Auditorium Saint-Exupery de Saint-Raphaël.
Il est programmé au festival « Avec le temps » à L’Espace Julien de Marseille.

Le 14 juillet 2003, Il donne, aux côtés d’Allain Leprest, dont il vient de faire la chaleureuse rencontre, un concert-hommage à Léo Ferré au « Mas des Escaravatiers » (83).

Octobre 2004, il obtient le prix « Georges Brassens » à Marseillan (34).
« En attendant l’orage » (3 titres), enregistré au studio Hyperion à Marseille, sort chez Meuh!Production.

Les scènes, seul au piano, en duo avec le chanteur guitariste Gilles Agnoli, ou très souvent accompagné du batteur percussionniste Philippe Carenco, s’enchaînent de 2005 à 2008 (Saint-Raphaël, Fréjus, Puget-sur Argens, Peyroules, Cannes, Nice, Roubion, Toulon, Hyeres, Marseille, Digne-les-Bains, Venelles, Rustrel, Aix-en-Provence, Sète, Marseillan, Ivry-sur-Seine, Paris, Lille…).

Il assure les premières parties de Bernard Joyet, Allain Leprest, Arthur H, Philippe Forcioli et Loïc Lantoine.

En 2006, il compose & enregistre au studio Poolhouse (Saint-Raphaël), la chanson « Bien avancés » sur un texte que lui confie Allain Leprest à la terrasse d’un bistrot de Venelles…

Lauréat du prix « Jacques Brel », invité de France Brel et Jean Corti, il chante en plein air sur la Croisette à Cannes (06) ainsi qu’au festival « Chansons de paroles » à Barjac (Gard) au « Lion d’or » en juillet 2008.

Son premier album studio, « louis lucien pascal » (12 titres), financé par la ville de Cannes et F. Brel, enregistré chez Marylin (Cagnes-sur-mer), sort en octobre 2009.

Il passe en novembre 2009 au Théâtre de la Licorne à Cannes-la-Bocca, au Théâtre de la Cité à Nice avec P.Carenco à la batterie, M.Cottin à la guitare & Marjolaine Alziary au violoncelle, puis au Magique à Paris en janvier 2011. Notons les concerts avec Aurélie Verrier (violoncelle) au Kibélé à Paris et au Moulin des Muses à Breuillet (91) en avril de la même année .

Il est l’auteur du premier tour de chant de Camille Dorman, qui fait ses premiers pas sur scène à Gare au Théâtre (Vitry-sur-Seine) et au Moulin des Muses (Breuillet). Un EP 6 titres, arrangé par A.Verrier, enregistré aux « Flots Bleus » (Prunay-en-Yvelines), « Camille Dorman » sort en avril 2012.

On le retrouve en show case à la librairie Actes Sud d’Arles le 15 juin, au Théâtre de Pierres à Fouzilhon (34) le 24 juillet, puis au 7ème festival de la chanson française à Montluçon (03) en piano-solo le 18 aôut 2012.

Le mois de novembre 2012 voit le groupe Tao en concert (avec L.L.P au clavier) pour deux dates à Toulon (83) le 15 à La Part des Anges et le 29 au Red Marcel.

Son premier recueil de poèmes, « Je serai maquillé du matin de tes lèvres » parait aux Editions Baudelaire fin novembre 2012.

Il se produit en première partie de Jacques Bertin le 8 février à Apt ainsi qu’à Théâtre & Chansons, Aix-en-Provence le 23 mars 2013.

Un nouvel EP 5 titres, « L’inquiétude », enregistré avec Philippe Carenco (batterie) et Jérôme Musiani (son), est sorti le 21 juin 2014.

Louis Lucien Pascal propose aujourd’hui un tour de chant original au piano, aux côtés de Youssef Ghazzal à la contrebasse, parsemé de chansons de poètes (comme ses mises en musique de vers d’Alfred de Musset) et de clins d’œil à Léo Ferré, Jacques Bertin…

Après, si tu veux lui causer, passe à Toulouse. Il a chanté au Théâtre des Mazades le 9 septembre le temps d’un hommage à Claude Nougaro, à « La p’tite gouaille » le 30 septembre, au « P’tit Truc » le 18 octobre. Aussi, tu l’as peut-être entendu dire un de ses derniers poèmes à la Cave Poésie.

Il s’est produit dernièrement, avec Youssef à la contrebasse & quelques invités surprises, « Ô Boudu Pont » le 7 novembre 2014.