KERGUILHOM

Kerguilhom, Chansons Minoritaires.

Kerguilhom et ses chansons minoritaires, c’est des sonorités folk et nomade où s’érodent sa guitare et son timbre débraillé. On pense à Brel, sans doute par la générosité des effluves de son univers, et à Tristan Corbière, dans les textes désabusés et incisifs qui s’étalent comme des tags rageurs sur les murs où les voix se tapissent. Balançant ses coups de gueule ironiques et sa tendresse vagabonde sur un monde qui l’emmerde autant qu’il le fascine, Kerguilhom chante ses révoltes et ses amours minoritaires avec une poésie qui invite à la bourlingue, à lever le point ou à s’étendre et regarder le monde exhaler une hale de passion. On y retrouve des gens et des peuples perdus, des landes Bretonnes au steppes Sibériennes qui, dans une rue Traverse ou un goulag, feraient fleurir des vergers. Des chansons certes, mais minoritaires ? Eh, allons donc! Tant de voix se répondent et n’attendent que le regroupement de l’écho!