ned

Il y a quelque chose de très touchant dans son grain de voix, comme une caresse à l’âme. Quelque chose de vif, de poignant dans ses intonations, du vécu, de la douceur tout en nuances, fragile et forte à la fois. Carine Dany, la quarantaine, femme, épouse et mère comblée, journaliste de métier, bouscule son chemin de vie pour révéler ce qu’elle est vraiment, une artiste réfléchie. Madame Butterfly entre en scène avec la délicatesse d’un battement d’ailes. Un premier EP à ébruiter, assurément.

Il lui aura sans doute fallu l’âge de la maturité et les épreuves du temps pour oser la métamorphose. Pourtant, Carine a toujours chanté. D’abord pour soi et le plaisir de crier ses sentiments. Puis pendant quelques années, pour reprendre le souffle qu’elle n’avait plus, la musique comme une bouffée de soleil cathartique. Aujourd’hui, elle n’a plus envie de faire le dos rond à la raison. Elle opte pour embrasser une carrière. Rêver l’Olympia et pourquoi pas ? Une femme artiste ! L’art d’être libre et de faire en musique. De créer et transmettre son sens de l’esthétisme, son idée de la beauté.

Pendant des mois, elle a travaillé sa voix. Et on l’en remercie. Car avec beaucoup d’élégance, Carine écrit et groove sur les maux de la vie. Une pop raffinée pour raconter les blessures, l’amour bienveillant, les non-dits, les départs et l’espoir des retrouvailles. Des thèmes à la fois très personnels et si universels. Ceux que l’on croît intimes et qui soulagent quand ils sont partagés. La Traversée, son premier single, évoque les longues années d’un couple amoureux enlacé dans ses tendresses et ses animosités. « Je suis allée faire un break du côté de mes souvenirs ».

Carine a cette force de rêver les situations, de les rendre jolies, sa manière à elle de convertir les difficultés tapies dans l’ombre de mélodies plus légères. Les 3 autres titres de l’EP, entièrement composés et réalisés par Mark Daumail (Vanessa Paradis, Julien Doré Stephan Eicher, Benabar….) en témoignent. Ils ont travaillé main dans la main, d’abord sans se voir, à distance. Lui touché par son texte, a imaginé les accords de Beauté. Chanson où elle murmure à son homme, ce qu’elle aurait aimé entendre dans la phase complexe de reconstruction après  la maladie, « mes blessures qui nous abîment, j’aurais voulu que tu les câlines ». Puis Carine descend à Bordeaux plusieurs fois chez Mark en studio pour travailler, inventer, enregistrer. Et succèdent les phases de mixe à Marseille chez Lionel Buzac (Charlie Winston, Vanessa Paradis ..) Carine chante avec son cœur, tout en pudeur. Et a déjà hâte de monter sur scène exhiber ses sentiments, elle a tant à donner ! Elle aime cet échange magique avec le public, être en connivence avec ses musiciens, fantasmer ensemble les émotions. Elle-même a été gâtée en écoutant certaines personnalités : Amy Winehouse, Nougaro, Clara Lucciani, en point d’orgue, Vanessa Paradis dont elle admire la maîtrise vocale et le charme renversant.

Carine Dany n’abandonne pas sa vie d’avant, son métier de journaliste et son quotidien de maman. Non, en devenant artiste, elle choisit d’être, pleinement ! Curieuse et cultivée, amoureuse des siens, attentive, généreuse et créative. Carine est tout cela à la fois, une artiste qui se révèle, une femme qui s’accomplit, un papillon qui explose hors de son cocon.

Madame Butterly déploie ses ailes, et s’offre à nos oreilles déjà conquises.