Chiendent

C’est au début des années 2000 qu’Emmanuel PRIOU, guitariste et chanteur, pose sur le papier avec ses compères du moment, les premières lignes de l’histoire de CHIENDENT.

Le groupe, épris par dessus tout d’indépendance et d’un amour de la langue française qui ne les quittera jamais, distille alors une -musique à la fois énergique et engagée, à l’image des maîtres à penser du moment.

Mais aucune source d’influences n’est intarissable et, à cette époque, le rock français peine à trouver un second souffle. Les groupes aspirants sont nombreux, plus ou moins éphémères, et usent inlassablement sur scène des éternels poncifs du genre. Lorsque le microcosme dans lequel ils évoluent se trouve violemment secoué par « l’Affaire Cantat », il devient même très difficile d’assumer ses influences.

Mais à l’image de la mauvaise herbe qui donne son nom au groupe, CHIENDENT persiste, s’accroche et relève le défi ! Le groupe veut plus que jamais faire entendre sa différence.

De cette persévérance, naîtra en 2009 un premier Maxi 4 titres éponyme « Chiendent », suivi quelques mois plus tard, d’un nouveau 2 titres, « La Cage » en 2010.

Entre concerts et résidences, la formation du groupe évolue. Certains membres s’en vont vers de nouvelles aventures, tandis que d’autres arrivent, au hasard des rencontres faites sur la route.

Le propos s’aiguise et le son s’affine, emprunte aux styles personnels des membres du groupe et de leurs nombreuses influences musicales passées, présentes et à venir : blues, folk, trip hop, … avec toujours comme fil conducteur, ce rock qui leur sort des tripes. Sous l’impulsion de son leader, le groupe n’hésite jamais à remettre inlassablement le travail sur l’ouvrage jusqu’à ce qu’il soit parfait… quitte à en « Perdre sa chair ».